Des livres, de la cuisine, des coups de coeur, du partage

Archives de Tag: humour

Pour une fois, mon livre de la semaine est en fait une BD de la semaine.

Je ne lis pas souvent de BD, il faut dire que le rapport temps de lecture/prix n’est pas bon avec moi ! Une BD, ça se lit beaucoup trop vite, même en prenant tout son temps pour regarder les dessins… faut bien rentabiliser !

Les Aventures de Poussin 1er

Heureusement, de temps en temps je me retrouve avec une BD entre les mains et il est rare que je le regrette. Et Les Aventures de Poussin 1er n’a pas fait exception à la règle. Il faut dire qu’avec la plume d’Eric-Emmanuel Schmitt, je ne m’engageais pas en terrain inconnu ! Je n’ai encore jamais fait de billet sur ses livres, et pourtant, j’ai apprécié chacun des livres que j’ai lu de lui. Je me rattraperai un de ces quatre.

Mais aujourd’hui, parlons BD ! Les Aventures de Poussin 1er est donc la rencontre entre un écrivain reconnu, Eric-Emmanuel Schmitt et un dessinateur qui l’est sûrement tout autant, Janry, puisqu’il est le co-créateur du Petit Spirou. Le résultat : des textes drôles, entre philosophie et naïveté, et un poussin attachant dans un décor simple et efficace. Une belle synergie en somme.

Pâques

Dans le premier tome, Cui suis-je ? Poussin 1er, s’interroge sur sa condition, sur ce qu’il est. Être, l’existence, est au coeur de ses préoccupations. Et on ne peut pas dire qu’il puisse beaucoup compter sur les autres animaux qu’il rencontre pour l’aider.

Poussin 1er vient à peine de naître et pourtant, le voilà déjà un brin mégalo !

Le tome 1 des Aventures de Poussin 1er est paru à la rentrée, les tomes 2 et 3 sont donc encore à paraître mais ils laissent déjà présager beaucoup d’humour.

Tome 1 Cui suis-je ?

Voilà une BD dont je suis impatiente de lire la suite !


Après les lectures de vacances, il y a les lectures de la rentrée… Et pourtant, Demain j’arrête ! est aussi parfait en livre de vacances. Mais ne croyez pas que je veux dire par là que c’est un livre sans intérêt, bon à lire seulement entre la baignade et le bronzage sur la plage, distraitement. Pas du tout.

D’ailleurs, on peut lire Demain j’arrête ! pendant les vacances, sur un week end, dans la semaine pour se changer les idées après le boulot… Il n’y a qu’une seule chose, c’est qu’il faut le lire ! Oui, c’est écrit de façon simple, oui, c’est une histoire qui semble tout aussi simple. Mais le tout fonctionne à merveille. Pour tout vous dire, même Jules l’a lu. C’est même lui qui l’a acheté pour le lire dans le train. Et il n’a pas été déçu non plus.

Gilles Legardinier - Demain j'arrête !

Nous sommes tous les deux d’accord pour dire que seule la fin est un peu tirée par les cheveux, mais, après toutes les péripéties que subit Julie, l’héroïne, finalement, on pourrait se dire que tout est possible.

Toute l’histoire de Julie se résume à une question : quelle est la chose la plus stupide qu’elle ait faite dans sa vie. Et des choses stupides, Julie en a faites quelques unes, mais la plus stupide de toutes ? Cela mérite bien réflexion. Cette réflexion, Julie nous la livre dans un récit à la première personne; dans lequel elle nous raconte comment son nouveau voisin est devenu une obsession.

Et c’est peu dire ! Voilà comment d’un nom sur une boîte aux lettres tout peut arriver. Il faut dire que le fameux voisin s’appelle Ricardo Patatras. Difficile de passer inaperçu !

Entre les pensées de Julie et ses conversations, rien ne nous échappe. Ridicule, drôle, attachante, le personnage de Julie est en lui un vrai moment de bonheur. Et c’est sans parler de sa théorie sur les chats…

Comme a dit Jules en fermant Demain j’arrête ! on imagine bien. Et c’est ce talent de Gilles Legardinier de rendre son ouvrage aussi vivant qui le rend passionnant à lire. Je ne compte plus les fois où j’ai ri pour de vrai en lisant ce livre, tant on imagine vraiment chaque scène.

Plaisant jusqu’au bout, Gilles Legardinier se livre dans une sorte de postface qui sent bon l’auteur passionné par ce qu’il fait et cela ne fait que confirmer la bonne impression laissée par tout le livre.


Petite séance de ciné le week end dernier. L’homme avait très envie d’aller voir Les Gamins, d’Anthony Marciano.

Et moi, j’ai encore traîné des pieds, pas très motivée. Je n’ai aucun argument pour expliquer pourquoi je ne suis pas fan de Sandrine Kiberlain. Et puis, j’avais un peu peur que ce soit surjoué par Alain Chabat. En même temps, la dernière fois je n’étais pas motivée non plus, pour Les Croods, et au final je me suis amusée comme une petite folle.

Verdict : il faut que je laisse Jules choisir plus souvent les films (mais rassurez-vous pour autant, ça me tue d’avoir à le reconnaître !).

Bref, vous l’aurez peut-être deviné du coup : je me suis régalée !

Les Gamins - Anthony Marciano

Les Gamins est encore au cinéma alors, sincèrement, il ne faut surtout pas le manquer ! C’est drôle sans être abrutissant, c’est léger (tout en étant sérieux) sans être futile. Tout est parfaitement bien dosé.

Sandrine Kiberlain tient son rôle à merveille, Alain Chabat n’est pas loin d’être exceptionnel et Max Boublil et Mélanie Bernier sont au poil. Pour un film poilant, je trouve ça plutôt pas mal !

En gros, Lola et Thomas viennent tout juste de se fiancer. Ils forment un drôle de couple, à la fois moderne et décalé, plein d’humour. Elle, a un boulot stressant et travaille énormément. Lui, chantait dans des mariages et rêvait de devenir chanteur mais décide plutôt de se « ranger » et trouve un emploi dans une société de recouvrement. Lorsque Lola présente Thomas à ses parents, tout dérape !
Gilbert, son père, en pleine crise de la cinquantaine et fraichement retraité, ne parvient plus à supporter son épouse. Convaincu que c’est le mariage qui a brisé toutes ses espérances et tous ses rêves, il décide de convaincre Thomas de ne pas se marier.
Gilbert part s’installer ailleurs, un vent nouveau de liberté lui monte à la tête et il entraîne Thomas avec lui. Tandis que les deux femmes essaient d’avancer, en l’absence des hommes qu’elles aiment, eux s’embarquent dans de drôles de péripéties.
Mais bien sûr, leur conduite à un prix…

Les Gamins - affiche filmBref, je ne vais pas vous raconter la fin, mais je vous le conseille vivement !

La fiche technique :

Réalisateur : Anthony Marciano
Producteurs : Alain Goldman et Simon Istolainen
Scénaristes : Anthony Marciano et Max Boublil

Les Acteurs :
Max Boublil : Thomas
Mélanie Bernier : Lola
Alain Chabat : Gilbert
Sandrine Kiberlain : Suzanne
Arié Elmaleh : Carl
Elisa Sednaoui : Irène
Alban Lenoir : Romain
François Dunoyer : Claude

Et pour la note, c’est 5/5 sans hésiter !